Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre (journaliste et biographe) sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, Marianne, Paris Match, l'Express, Géo et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans Libération
Marine Le Pen le 28 mars avant un meeting à la Réunion, juste avant la campagne pour les européennes. Photo Richard Bouhet. AFP

Marine Le Pen le 28 mars avant un meeting à la Réunion, juste avant la campagne pour les européennes. Photo Richard Bouhet. AFP

Libération du 28 mai 2019, de notre correspondant Laurent DECLOITRE

De Mayotte à la Guyane en passant par la Réunion, les départements et collectivités d'outre-mer ont placé le parti de Marine Le Pen soit en tête – une première historique - soit très haut.

Sur l’île de la Réunion, l’emblématique chanteur de maloya Danyèl Waro a pris des cheveux blancs. Lui qui avait été légèrement blessé alors qu’il manifestait contre la venue de Jean-Marie Le Pen en 1994, qui accueillait Marine Le Pen avec une pancarte «rasis déor» (racistes dehors) à sa descente d’avion pendant la campagne présidentielle de 2012, n’a pas pipé mot en mars quand la présidente du Rassemblement national est revenue sur l’île pour les européennes. Un silence qui est tout un symbole de la lente mais sûre dédiabolisation du mouvement d’extrême droite dans ce département d’outre-mer. Deux mois après la tournée de Marine Le Pen, le RN obtient à La Réunion un score historique, 31,2% des suffrages loin devant La France insoumise (19%) et La République en marche (10,4%).

«Vote d’adhésion»

Après une percée historique lors de la présidentielle de 2017, la liste RN récolte en outre-mer les fruits d’une stratégie patiemment mise en place par Marine Le Pen. Pour séduire ces 1,8 million d’électeurs, le RN a publié en début de campagne un programme dédié aux DOM-COM, insistant sur les questions migratoires, la souveraineté nationale ou l’assistanat. Dans la foulée, elle s’est offert une tournée à La Réunion et Mayotte en mars. Jordan Bardella, lui, avait passé six jours cet hiver entre Guyane et Antilles. Résultat : le RN arrive en tête en Guyane (27,4%) et en Guadeloupe (23,7%), une première là aussi, sur fond d’abstention endémique puisqu’elle a atteint près de 86% dans ces deux DOM. A Saint-Martin et Saint-Barthélémy, le RN termine également premier avec 28% des suffrages. Dans la petite île de Mayotte, département français au cœur de l’archipel des Comores fragilisé par une crise migratoire, le RN fait encore mieux, recueillant 45,56% des voix. La majorité présidentielle n’arrive en tête qu’en Polynésie (43%) et en Martinique (18,2%) où elle est talonnée par le RN (16%). 

A la Réunion, cette première électorale ravit Joseph Rivière, le nouveau secrétaire départemental du RN : «Toute la Réunion nous a suivis, c’est un vote d’adhésion.» Il veut bien reconnaître que ce qu’il appelle «l’invasion des Sri-Lankais» sur l’île a joué dans les urnes. Depuis mars 2018, des migrants Sri-Lankais fuient leur pays pour tenter d’obtenir l’asile à la Réunion, après avoir traversé l’océan Indien sur près de 4 000 km dans des embarcations précaires. «On n’a pas de logements en nombre suffisant pour les Réunionnais, et vous voudriez qu’on loge et soigne gratuitement des étrangers ? On n’en a pas les moyens», assène Joseph Rivière. Les Réunionnais sont confrontés à un très fort taux de chômage (24% en 2018 selon l’Insee) et un pouvoir d’achat en berne (40% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté). Lors de sa visite, Marine Le Pen avait promis d’alléger l’octroi de mer, une taxe qui frappe les produits importés et contribue donc à leur surcoût.

Ras-le-bol

Pour Jean-Hugues Ratenon, député LFI de la Réunion, ce vote RN est un «appel au secours» voire une «révolution dans les urnes» auxquels le mouvement de Jean-Luc Mélenchon n’a pas su répondre. Pour lui, les citoyens ont cherché avant tout à «faire barrage à Macron»dimanche. Professeur d’université, spécialiste des questions d’interculturalité, Driss Alaoui n’est pourtant pas surpris que le discours d’exclusion tenu par le RN trouve un écho dans l’île. Il estime que l’image d’Epinal d’une société réunionnaise tolérante, puisque multiculturelle, ne va pas de soi : «On ne veut pas voir la façon dont certains se comportent vis-à-vis des communautés comorienne et mahoraise de la Réunion.»

Sur l’île de Mayotte justement, située à 1 400 km au nord de la Réunion, Marine Le Pen obtient donc près de la moitié des suffrages exprimés (45,5% des voix), très loin devant Les Républicains (16,8%) et La France insoumise (9,2%). Le département français est sclérosé par une immigration clandestine massive en provenance des Comores voisines. En avril 2018 (voir Libé), la population avait manifesté son ras-le-bol face à l’insécurité récurrente, s’en prenant physiquement aux réfugiés. Du pain béni pour Marine Le Pen, qui s’y était rendue juste avant son passage à la Réunion, où elle avait été accueillie par deux maires de droite puis invitée par des prêtres hindous. Elle avait en outre pris soin de s’afficher auprès des gilets jaunes. Le mouvement, qui avait complètement paralysé la Réunion fin 2018, avait dégénéré en émeutes urbaines. Immigration et insécurité, les deux principaux ingrédients du carburant RN.

Laurent DECLOITRE

 

 

Commenter cet article