Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre (journaliste et biographe) sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans l'Express

Manger pour combler un vide

 

L'Express n° 3171 du 11 au 17 avril 2012

 

Selon Nicole Florentiny, psychologue spécialiste des troubles addictifs, l’obésité renvoie toujours à une souffrance. En mangeant, le patient chercherait à se protéger.

 

psy.jpg- Quel rapport entretiennent les obèses avec la nourriture ?

Pour la majorité d’entre eux, le fait de  manger beaucoup correspond à une stratégie de « coping » : ils cherchent à résoudre un problème avec la nourriture… Lors d’un stress, d’une douleur, les aliments permettent de faire face, de soigner, de soulager. Après avoir déjeuné, la sensation de lourdeur et de torpeur peut conduire l’obèse à s’endormir, et donc à s’échapper, à oublier. La graisse agit comme un bouclier, une carapace, elle n’est pas là par hasard. Le sucre et le gras adoucissent la vie…

- A quel type de souffrance seraient confrontés les obèses ?

Schématiquement, ils se remplissent le ventre pour combler un vide, un manque. Au collège, les enfants obèses sont victimes des railleries de leurs camarades. Ils deviennent souvent les bouc-émissaires du groupe, parfois même les larbins de la classe. Ils se soumettent et se révoltent rarement. Ils se renferment, n’osent plus lever le doigt ; leurs résultats scolaires s’en ressentent. Lorsque je les rencontre, ils sont à bout et s’effondrent en pleurant. Sans environnement protégé ni communication intrafamiliale, ils ont du mal à sortir de ce cycle et à regagner l’estime de soi. Lorsque ces enfants reviennent de l’école et ne trouvent pas le soutien affectif de la cellule familiale, ils se mettent devant la télévision et grignotent.

- Les parents sont-ils fautifs ?

Oui et non. Lors des thérapies familiales, je me rends compte qu’eux-mêmes sont pris dans un système qui résonne dans leur propre histoire. Ils peuvent avoir connu des drames intimes, comme l’inceste, ou, pour les plus âgés, des situations de disette. Ils tentent alors de corriger le passé et se retrouvent dans l’incapacité de dire non à l’enfant qui réclame. Celui-ci se retrouve dans une situation de double-contrainte : les parents lui demandent de ne pas trop manger, mais le réfrigérateur est toujours rempli de sodas et de gâteaux. Difficile, dans ces conditions, de respecter les injonctions parentales...

Propos recueillis par Laurent Decloitre

Commenter cet article