Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans l'Express

L'Express du 3 au 9 septembre 2014

De notre correspondant Laurent DECLOITRE

Photos : Pierre MARCHAL

 

DINDAR-Nassimah-0507.jpgMariée à 17 ans avec un garagiste musulman, rencontré deux mois auparavant, la jeune Nassimah Mangrolia négocie avec sa belle-famille le droit de poursuivre ses études. Nous sommes en 1977, à Saint-Denis. « Chez nous, les filles n’allaient pas à l’école, raconte celle qui n’a jamais renié l’islam. Nous n’étions pas destinées à nous cultiver, mais à nous marier ! » Elle est la seule, parmi ses douze frères et sœurs, à « résister », soutenue par ses professeurs, qui viennent plaider sa cause auprès d’un père obtus. « Je ne lui en veux pas, il a fait avec ce que sa culture lui avait transmis », pardonne Nassimah, aujourd’hui adepte du soufisme, « la voie ésotérique et intérieure de l’islam ». La présidente du conseil général s’est même rendue trois fois à La Mecque et fait chaque année le ramadan.

Amode, son père, a enseigné le Coran à la mosquée de Saint-Louis, tout en complétant ses revenus modestes comme employé de commerce. « Lorsque les acteurs s’embrassaient à la télé, on devait détourner le regard », se souvient Nassimah, en souriant malgré une émotion difficilement contenue. Autre anecdote révélatrice de l’ambiance familiale : « Un jour, je sens une très bonne odeur de plat cuisiné chez des amis. J’ai le malheur de le dire. C’était un cari cochon, j’ai reçu une calotte… »

À peine mariée, la jeune femme tombe enceinte ; elle accouche chez ses parents et ne regagne jamais le domicile conjugal. Il lui faudra plusieurs années pour faire constater la séparation et obtenir le divorce. Refusant de tomber « dans la sensiblerie » ou de provoquer « la pitié », l’élue est réticente à évoquer ces souvenirs. Un jour, peut-être, dans une autobiographie ? « Pourquoi pas, si ça peut aider les jeunes musulmanes de la Réunion »…

Commenter cet article