Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre (journaliste et biographe) sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans Libération
 Le 7 avril 2007

Le chikungunya reflue à la Réunion

Par DECLOITRE Laurent

La Réunion correspondance

Deux semaines de suite sans aucun nouveau cas et seulement une poignée de «chikungunyés» depuis juillet dernier, la plupart non confirmés. Contre plus de 40 000 malades par semaine, lors du pic de janvier-février dernier. L'épidémie de chikungunya a-t-elle enfin rendu l'âme à la Réunion ? «On ne parle plus d'épidémie. Il n'y a plus de foyer de transmission», se réjouit Vincent Pierre, coordonnateur scientifique de la cellule interrégionale d'épidémiologie. Dans ce cas, qu'attend le gouvernement pour annoncer la bonne nouvelle aux touristes ?

Les pouvoirs publics avaient sous-estimé l'ampleur de l'épidémie en 2005 et tardé à enclencher les mesures sanitaires adéquates. Aussi, en septembre dernier, à la veille de l'été austral, François Baroin n'hésitait-il pas à lancer : «Le retour de l'épidémie est inévitable.» A l'époque, on prévoyait même que 75 % des Réunionnais seraient à terme infectés par le virus. On n'en est toujours «qu'à» 38 %, un chiffre qui ne bouge plus, après avoir passé la période humide et chaude.

Les raisons de cette situation inespérée ? Les spécialistes invoquent l'action des pouvoirs publics, qui ont démoustiqué à tour de bras, la mobilisation sociale ­ les Réunionnais se protègent davantage ­ et le fait qu'une bonne partie de la population étant immunisée après avoir été piquée, elle n'est plus vecteur du virus. Dans ce contexte, le comité de tourisme de la Réunion exige l'annonce officielle de la fin de l'épidémie. «Le ministère de la Santé ne le veut pas, tempête Jocelyne Lauret, la présidente. On a pourtant retrouvé les conditions sanitaires d'avant la crise. C'est l'un des points forts de notre île par rapport aux autres pays de l'océan Indien.»

Commenter cet article