Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre (journaliste et biographe) sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, Marianne, Paris Match, l'Express, Géo et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans Libération
Sur la rivière de Bassin Boeuf, à Sainte-Suzanne, à l'est de La Réunion. (R.Philippon)

Sur la rivière de Bassin Boeuf, à Sainte-Suzanne, à l'est de La Réunion. (R.Philippon)

C’est une tradition, pour les Réunionnais : fuir la chaleur de l’été austral dans les rivières, cascades et bassins des forêts de l’île. La pandémie de Covid la bouscule, sans parvenir à l’empêcher.

Laurent DECLOITRE, Libération du 27 mars 2021

La plage ? «Trop de monde et trop chaud !» En ce week-end de mars, l’eau du lagon de la Réunion affiche 30 degrés… Alors Christopher et Jocelyne ont déserté leur HLM de La Montagne, dans les hauteurs de Saint-Denis, pour «gagn la freshèr» (prendre le frais en créole) à Bassin Bœuf, dans la rivière Sainte-Suzanne, dans l’est de l’île. Au pied de la cascade qui se jette dans un bassin profond, noyé dans une forêt luxuriante, leurs enfants Kelyan et Asaël (qui ne savent pas encore nager) font trempette. La voltige à l’aide d’un trapèze de fortune, accroché à une branche moussue, est réservée aux adolescents musclés. En aval, Espérance tente de poser un tronc d’arbre entre deux rochers pour franchir des remous, les bras tendus comme une équilibriste. Son mari, Yann, boit une bière à l’ombre d’un jamrosade ; l’arbre penche au-dessus des flots tumultueux ses branches bientôt chargées de fruits au goût de rose. Le promeneur est accompagné de touristes du Vaucluse, arrivés dans le département avant la mesure imposant des motifs impérieux pour voyager. «On a fui, c’est le bonheur ici», soupire d’aise Nanou. L’eau du torrent, translucide, est à 24 degrés, des caméléons vert fluo et orange flirtent dans un buisson… Image d’Eden naturel.

Réunion rivière baignade pique-nique bassin boeuf
C'est au pied des "cassés" de La Réunion que l'on peut se baigner. (R.Philippon)

Mais la menace du Covid altère ces moments de quiétude prisés par les Réunionnais durant l’été austral : le préfet a interdit les pique-niques. Alors Dolène, Jasmine et leurs huit frères et sœurs en sont réduits à manger «en misouk» (en cachette) un sandwich au thon ou à la merguez. Oubliés les caris habituellement mijotés dans des marmites sur des feux de bois. «C’est nul, on n’a plus de liberté !»

Des rivières belles mais dangereuses

Manger les pieds dans l’eau vive est une tradition sur l’île, dont beaucoup ont du mal à se défaire malgré l’épidémie qui a entraîné l’interdiction des rassemblements de plus de six personnes et l’obligation de porter le masque, même dehors. Bilan, le long de la rivière Langevin, dans le Sud, des dizaines de familles ont été verbalisées ces dernières semaines par les forces de l’ordre. Et pourtant, ce dimanche, dans le bassin bleu turquoise du mal nommé Trou Noir, les amateurs d’eau fraîche – ici à 18 degrés, brrrr – sont légion à nager, sauter, casse-croûter.

Comme le raconte Madeleine, «les rivières font partie de notre histoire». Et de se souvenir, sous son chapeau de paille : «Petite, j’allais y chercheur l’eau que je ramenais dans un seau de fer-blanc.» Gladys lavait, elle, son linge dans les ravines, «quand il n’y avait plus d’eau à la case après les cyclones». Ce dimanche, elle va «barboter» car, si elle «adore ça», elle ne sait pas nager… Mais, méfiance : à rebours de l’image idyllique, les rivières de la Réunion sont dangereuses. Même si le soleil brille, s’il pleut dans les hauteurs, le cours d’eau prend alors une couleur marron et le niveau monte brusquement. Chaque année, des personnes meurent noyées dans les bassins, à tel point que des sirènes ont été installées le long de certaines berges.

pique-nique rivière Réunion covid interdit
Les pique-niques sont interdits depuis la Covid, même en plein air à La Réunion.

 

Commenter cet article