Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans Libération
Emmanuel Macron  à Saint-Leu, sur l'île de La Réunion. (photo Pierre Marchal)

Emmanuel Macron à Saint-Leu, sur l'île de La Réunion. (photo Pierre Marchal)

Libération du 25 mars 2017
De notre correspondant, Laurent DECLOITRE, photo Pierre MARCHAL

EN VISITE A LA REUNION
Macron sur la réserve

« Emmanuel est dans la bienveillance, il ne lance pas des piques contre les autres ». Ingénue, Carine Garcia, la référente réunionnaise du mouvement En Marche ? Le candidat à la présidentielle, arrivé ce samedi 25 mars dans le département d’outre-mer pour une visite de deux jours, a pourtant avoué « aimer le piment ». Mais sur le marché forain de Saint-Leu, fief de Thierry Robert, le député-maire Modem qui le soutient, Emmanuel Macron est resté dans le consensus. Il a ainsi félicité les Réunionnais qui « ont appris à se respecter malgré la pauvreté et la diversité des cultures ». Même Fillon et son « cabinet noir » ne l’ont pas sorti de la réserve. « Il ne faut pas jeter le soupçon dans une démocratie sans preuve, ou alors il faut aller devant le juge ». Le favori des sondages n’est pas venu à La Réunion pour « commenter la campagne » de ses adversaires, mais pour puiser dans la première réserve de voix de l’outre-mer : en 2012, les 580 000 électeurs de l’île avaient voté majoritairement pour François Hollande. Depuis, le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette, ancien patron de la fédération socialiste, a déclaré son soutien, tout comme trois parlementaires PS et quelques maires de droite.

L’ancien ministre de l’Economie dément vouloir « faire des promesses » ou « raconter des cracs ». A un vendeur de margozes, un légume très amer, Emmanuel Macron assure cependant qu’il va « libérer le travail » et supprimer le RSI, ce régime social honni des indépendants. Et qu’il réduira de six points les charges sur les petits salaires. Pour l’outre-mer, celui qui découvrait La Réunion annonce 200 000 billets d’avion pour la métropole à tarif subventionné et un plan d’investissement d’un milliard d’euros. Et de donner du baume au cœur à son soutien Thierry Robert, en acceptant de « faire sauter les verrous » dans la crise requin. Comprendre assouplir les règles protectrices de la réserve marine et pêcher davantage de squales, responsables de nombreuses attaques ces dernières années.

En fin d’après-midi, devant près de 3000 spectateurs, le candidat n’a pas hésité pas à faire monter sur le podium un militant associatif qui l’interpelait depuis les gradins. L’occasion de rappeler une autre de ses priorités : en matière d’éducation, alors que l’académie de La Réunion se situe dans les derniers rangs, il annonce 12 élèves maximum par classe de CP et CE1 en zone d’éducation prioritaire.

Le meeting prend alors un tour étrange, « à la Jacques Martin », concède en riant l’orateur, lorsqu’un garçonnet le rejoint à son tour et lui déclare : « Cinq ans président, c’est long »… Se succèdent ensuite la représentante d’une association de défense des handicapés, un aveugle d’origine comorienne et un Mauricien, venus des îles voisines, une jeune chef d’entreprise… A celle-ci, le social-libéral rappelle son souhait de pouvoir contourner les syndicats, « en cas de blocage », en laissant au chef d’entreprise la possibilité de lancer un référendum… En début d’après-midi, Emmanuel Macron avait mis autant d’ardeur à trancher une canne à sucre avec la machette qu’un exploitant agricole de l’ouest lui avait prêtée.

Demain dimanche, après un nouveau tour dans un marché, la visite d’une entreprise 2.0 et une rencontre avec le groupe de dialogue inter-religieux, le candidat doit s’envoler pour Mayotte.

Laurent DECLOITRE

 

 

 

Commenter cet article