Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre (journaliste et biographe) sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans Libération
L'éclipse solaire pourra être observée depuis La Réunion jeudi. En mars dernier, on pouvait voir celle-ci depuis la ville de Ternate, en Indonésie. Photo Bay Ismoyo. AFP

L'éclipse solaire pourra être observée depuis La Réunion jeudi. En mars dernier, on pouvait voir celle-ci depuis la ville de Ternate, en Indonésie. Photo Bay Ismoyo. AFP

Par Laurent Decloitre, correspondant à La Réunion — 31 août 2016

L'éclipse annulaire prévue jeudi pourrait bien être gâchée par la décision de certains maires de fermer leur école, effrayant des parents. Les profs étaient pourtant prêts à faire vivre à leur élèves cet événement qui ne se reproduira pas avant l'année 2267.

Cent quinze ans que cela n’était pas arrivé à La Réunion : jeudi, le Soleil sera presque entièrement caché par la Lune. Le satellite de la Terre sera placé entre notre planète et l’étoile de telle façon qu’à 14 h 09 (12 h 09 heure de l'Hexagone), le fénoir («nuit» en créole) règnera sur l’île, l’éclipse ne laissant visible qu’un mince anneau solaire. L’évènement est si rare que 40 journalistes du monde entier ont fait le déplacement, invités par «Ile de La Réunion Tourisme». Des «chasseurs d’éclipse», passionnés par ces phénomènes astronomiques, ont débarqué et des touristes ont profité de packages spécialement montés par des tours-opérateurs. Sur place, le rectorat a distribué 220 000 lunettes d’observation aux écoliers, collégiens et lycéens ; des entreprises ont donné congé à leurs employés pour qu’ils profitent de la fête ; des milliers d’habitants se préparent à pique-niquer sur les plages de l’ouest et du sud, le meilleur endroit pour admirer la conjonction des deux corps célestes…

Ecoles fermées et «bordel absolu»

Mais l’éclipse annulaire risque d’être… éclipsée par de nombreux maires de l’île, qui ont décidé du jour au lendemain de fermer les écoles ! «Des milliers d’élèves vont être privés de ce moment incroyable», se désole Jean-François Salles, l’inspecteur d’académie, qui attendait ce rendez-vous depuis plus d’un an. Un enseignant «référent éclipse» avait été formé dans tous les établissements scolaires, des ateliers pédagogiques étaient prévus, des solarscopes construits… C’est la commune du Tampon, au centre de l’île, qui a éteint la lumière la première, «par mesure de sécurité», prétextant que l’éclipse débute à 12 h 23. Or, à l’heure du déjeuner, les élèves ne sont pas sous la responsabilité de l’Education nationale mais des personnels communaux. André Thien Ah Koon, le maire divers droite, estime que ces contractuels ne pourront empêcher les élèves de regarder le soleil sans lunette, exposant leur rétine et leur cornée aux rayons ultraviolets invisibles.

D’autres communes ont alors avancé d’une demi-heure la pause méridienne pour faire débuter les cours un peu plus tôt l’après-midi, de façon à ce que les enseignants puissent superviser l’observation dans les règles de l’art. C’était compter sans deux syndicats enseignants minoritaires, qui ont appelé à la grève, protestant contre cette prise de responsabilité. «Ce n’est pas de gaieté de cœur, mais face à l’anarchie qui règne, on se devait de penser à la sécurité des élèves», avance Laurent Turpin, secrétaire académique adjoint de la CFTC Education. Du coup, d’autres maires, constatant que les enseignants risquaient d’être absents, ont ouvert le parapluie à leur tour… Mais ici toutes les écoles sont fermées, là seulement les maternelles, ici toute la journée, là seulement les après-midi. Bref, «le bordel absolu», tempête Jean-Luc Morisse, directeur des Petits débrouillards, association d’éducation populaire qui s’était particulièrement investie pour l’évènement.

«Tintin chez les Incas»

Les parents s’y perdent et prennent peur. «Une maman m’a dit qu’elle allait se calfeutrer chez elle», se désole une professeur des écoles qui avait préparé des cagoules coniques pour ses élèves de 3 ans. Un maire, «contraint» selon lui de fermer ses établissements, assure que «les parents sont désormais persuadés d’un danger extrême». «On va redevenir polythéiste, c’est Tintin chez les Incas», balance un autre élu, «déçu» par l’irrationalité dont feraient preuve ses administrés. Jeudi, s’ils manquent effectivement l’événement, les Réunionnais devront attendre l'année 2267 pour une autre éclipse totale...

Commenter cet article