Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans l'Express

L'Express 3345 du 12 au 18 août 2015
​De notre correspondant, Laurent DECLOITRE
​Photos Pierre MARCHAL

Laurent Julienne : le financier

« Quand je suis arrivé, on était en train de couler ; aujourd’hui, on arrive juste à maintenir la tête hors de l’eau ». Laurent Julienne, visage poupin et souriant, a bien des soucis. Ce prêtre de 35 ans, nommé vicaire épiscopal aux affaires économiques par l’évêque en 2011, a la lourde charge de rétablir les comptes de l’association diocésaine, dont il est aussi le trésorier. Diplômé d’un BTS de comptabilité – il a travaillé deux ans dans le privé avant d’entendre « l’appel du Seigneur » –, Laurent Julienne a demandé l’appui de la conférence des évêques de France pour rembourser les dettes du diocèse. L’évêché est en effet « plombé » par « Compostelle », une opération immobilière désastreuse lancée dans le quartier de Saint-Jacques, à Saint-Denis. Toutes les paroisses ont été mobilisées pour participer au paiement des annualités étalées…sur 36 ans ! Gilbert Aubry, avec qui il petit-déjeune trois à quatre fois par semaine, lui a aussi confié la remise en ordre des finances des 72 paroisses. Depuis peu, les comptes des curés sont plafonnés à quatre mois de frais courants. Les sommes dépassant ce montant alimentent un compte central. Une nouvelle commission de gestion du patrimoine détermine ensuite les projets prioritaires. « Cette dynamique de solidarité n’a pas été facile à faire accepter, surtout chez les vieux prêtres », confie mezza vocce celui qui célèbre la messe les dimanches dans les hauteurs brumeuses du Brûlé, à Saint-Denis.

Daniel Gavard et Lilian Payet : les adjoints

Ils sont le premier ministre bicéphale de l’évêque. Ses « bras gauche et bras droit », précisent Daniel Gavard et Lilian Payet. Le premier, 70 ans, est prêtre de Quartier-Français, à Sainte-Suzanne, et côtoie Gilbert Aubry depuis 1974. Le second, 48 ans, est curé à la Ravine-des-Cabris et se définit comme « un petit blanc des hauts ». Les deux vicaires généraux, nommés en 2007, remplacent l’évêque à certaines occasions. Joyeuses, comme lors du baptême des motards, au Tampon ; solennelles, lors de la rentrée judiciaire à la cour d’appel de Saint-Denis ; et quelques fois dramatiques, lorsqu’il a fallu annoncer à la presse l’affaire de pédophilie de leur « frère » Jacky Hoarau. Daniel Gavard et Lilian Payet vouent une admiration sans faille au « meilleur évêque de la Réunion ». Mais regrettent que leur supérieur ne délègue pas assez.

Edwige et Jacky Tévané : les complices

Professeur de mathématiques au collège Chemin Morin de Saint-André, Jacky Tévané accueille régulièrement Gilbert Aubry dans sa case fleurie d’orchidées, pour un dîner entre intimes. Dans le privé, il tutoie l’évêque, « un homme simple, profondément épris de son île ». Ce père de quatre enfants est diacre permanent – il peut célébrer un baptême ou un mariage, mais pas la messe – et coordonnateur, avec son épouse Edwige, de la commission diocésaine de la pastorale familiale depuis 2004. À ce titre, les Tévané réunissent l’ensemble des institutions catholiques qui s’occupent des femmes, des enfants, des couples pour aborder des questions de société. Pour l’évêque, ils constituent un précieux relais avec la société civile.

L'évêque passé au crible

Votre lieu préféré ? Le Grand Bénare, car il faut le mériter en grimpant jusqu’au bout d’un
parcours exceptionnel.
Votre période historique de prédilection ? Le pontificat de Jean-Paul II : il a marqué l’Église par son style et est venu à la Réunion les 1er et 2 mai 1989.
Le plat dont vous raffolez ? Une fricassée de brèdes chouchou.
Le film et l’acteur cultes ? La Passion de Jeanne d’Arc, de Dreyer, sorti en 1927, et Charlot.
Le livre de chevet ? Le Petit prince, de Saint-Exupéry.
Le sportif que vous auriez aimé être ? Michel Jazy, coureur de demi-fond multi recordman du monde dans les années soixante.
L’homme politique que vous admirez ? Le général de Gaulle, parce qu’il a eu l’idée de la France libre. Mais il n’aurait pas existé sans Pétain.
Votre meilleur souvenir ? Avoir mangé une tablette de chocolat Nestlé au lendemain de la seconde guerre mondiale.
Votre pire souvenir ? Lorsque j’ai dû témoigner au tribunal dans une affaire de pédophilie. Une image s’est brisée en moi.
Dieu dans tout ça ? On ne serait pas là sans lui.
Votre devise ? Joie et espérance, justice et paix.

Julienne, Gavard, Payet, Tévané

Julienne, Gavard, Payet, Tévané

Commenter cet article