Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'actu vue par Laurent DECLOITRE

L'actu vue par Laurent DECLOITRE

Les articles de Laurent Decloitre (journaliste et biographe) sur la Réunion et l'océan Indien parus dans Libération, l'Express et la presse nationale.

Publié le par Laurent DECLOITRE
Publié dans : #Articles parus dans Libération
Épreuve du bac à la Possession, (Réunion), en 2014. (photo AFP)

Épreuve du bac à la Possession, (Réunion), en 2014. (photo AFP)

Libération du 17 juin 2015, de notre correspondant Laurent DECLOITRE

Les sujets de l’épreuve de philosophie que doivent passer cet après-midi les candidats du bac technologique en France, outre-mer et métropole compris, ont été envoyés par erreur aux journalistes par le rectorat de la Réunion. Les sujets de l'Académie de la Réunion ont été modifiés à la hâte, mais pas ceux de métropole.

«L’erreur est humaine» ferait un bon sujet de philo pour les bacheliers... sur lequel le service de communication du rectorat de la Réunion pourrait bien plancher, puisqu'il a envoyé ce mercredi 17 juin, à 11h28 heure réunionnaise (9h28 en métropole), dans un communiqué de presse, les sujets de l’épreuve de philosophie que doivent passer dans l’après-midi les 134 000 candidats du bac technologique en France, outre-mer et métropole compris ! Tous les médias du département de l’île ont donc eu connaissance du sujet 1, du sujet 2 et du sujet 3, que nous ne vous livrerons pas ici, sous peine de tomber sous le coup de la loi. Divulguer un sujet du bac peut être sanctionné de trois ans d’emprisonnement et 9000 euros d’amende.

Quelques minutes après l’envoi du mail, qui comprenait les sujets du bac général, que les candidats passaient dès le matin, mais aussi ceux du bac technologique, l’attachée de presse du rectorat de Saint-Denis a adressé un nouveau message, dans lequel elle écrivait : «Nous venons de vous envoyer par erreur les sujets de philosophie du bac technologique. Ces sujets sont confidentiels et ne doivent surtout pas être diffusés avant 17h, ce jour. Comptant sur votre discrétion. Cordialement, Le service communicaiton (sic)», la faute de frappe témoignant de la panique qui s’est emparée des services de l’académie…

Imprimer les sujets de secours en urgence

Peu après, tous les rédacteurs en chef de l’île ont été appelés un par un pour leur demander de ne rien diffuser. Parallèlement, explique Isabelle de Lavergne, la responsable du service de communication, les services de reprographie du rectorat essayaient dans l’urgence d’imprimer les sujets de secours. Pour sa part, le recteur Thierry Terret était en communication de crise avec le cabinet du ministère de l’Education. Le matin même, le patron de l’académie de la Réunion, qui se situe dans le peloton de queue des 30 académies de France, avait donné «le coup d’envoi» au bac de philo et apporté son «soutien aux équipes», dans un lycée de Saint-André, dans l’est de l’île…

Dans un communiqué diffusé en tout début d'après-midi, le ministère de l'Education nationale a annoncé que les candidats de l'académie de la Réunion composeront finalement sur un sujet différent de celui initialement prévu, contrairement aux candidats de métropole qui plancheront sur le sujet initial. «Les dispositifs [de remplacement] auraient été disproportionnés compte tenu du très faible risque de diffusion des sujets et des risques de désorganisation massive de l’examen», estime la rue de Grenelle. Autre argument : en métropole, «le risque de diffusion était extrêmement limité», sous prétexte que les journalistes ayant reçu les sujets étaient "essentiellement locaux...." C'est bien connu, à la Réunion, on ne dispose ni du téléphone, ni d'internet... Or les élèves planchent pourtant au même moment (15h en métropole, 17h à la Réunion).

Par précaution, une cellule de veille a été mise en place au niveau de l’académie et au niveau national, en lien avec les services de gendarmerie, pour vérifier que les sujets n'ont pas fuité. «Aucun signalement n’a été effectué avant le début de l’épreuve.» précise le ministère de l’Education nationale. Le contraire eut été étonnant...

Laurent DECLOITRE Correspondant à La Réunion

Commenter cet article